dimanche 6 décembre 2015

Lectures professionnelles II - Titus n'aimait pas Bérénice de Nathalie Azoulai

 
 
Lectures professionnelles - Rentrée littéraire 2015
 
 
Titus n'aimait pas Bérénice de Nathalie Azoulai
 
 
 
 
Ce soir, je vous reviens avec un second roman que j'ai pu lire pour une raison professionnelle mais que, je l'avoue, j'avais très envie de lire bien avant. Ce roman est Titus n'aimait pas Bérénice de Nathalie Azoulai qui a reçu le prix Médicis 2015.
 
  
A. Caractéristiques du roman
 
Titre =  Titus n'aimait pas Bérénice
 
Auteur =  Nathalie Azoulai
 
Edition - Collection = Editions P.O.L
 
Date de première parution = 2015
 
Nombre de pages =  306 pages

Ma note pour le roman =  13/20
 
 
 
B. Petit mot sur l'auteure
 

Nathalie Azoulai est née dans la région parisienne en 1966. Après des études à l’Ecole Normale Supérieure et une agrégation de lettres modernes, elle se lance dans une carrière dans l’édition à Paris. Elle est également devenue auteure de livres pour la jeunesse mais a aussi écrit quelques scénarios.

Son premier roman, sorti en 2002, intitulé Mère agitée, lui vaudra une première reconnaissance publique. Cette reconnaissance augmente encore en 2005 avec le roman Les Manifestations qui relate la montée de l’antisémitisme en France à la fin du XXe siècle.

En 2015, elle connaît une véritable consécration avec son roman Titus n’aimait pas Bérénice, publié lors de la rentrée littéraire 2015 qui sera couronné de deux récompenses : le prix Médicis 2015 et la récompense de la Liste Goncourt : le Choix de l’Orient. Il aura également été présent dans la dernière sélection des Prix Goncourt et Femina.

 
C. Résumé de quatrième de couverture

 
Titus n'aimait pas Bérénice alors que Bérénice pensait qu'il l'aimait.
 
Titus n'aimait pas Bérénice alors que tout le monde a toujours pensé qu'il n'avait pas le choix et qu'il la quittait par sa propre volonté.
 
Titus est empereur de Rome, Bérénice, reine de Palestine. Ils vivent et s'aiment au Ier siècle après Jésus-Christ, Racine, entre autres, raconte leur histoire au XVIIe siècle. Mais cette histoire est actuelle : Titus quitte Bérénice dans un café.
 
Dans les jours qui suivent, Bérénice décide de revenir à la source, de lire tout Racine, de chercher à comprendre ce qu'il a été, un janséniste, un bourgeois, un courtisan. Comment un homme comme lui a-t-il pu écrire une histoire comme ça ? Entre Port-Royal et Versailles, Racine devient le partenaire d'une convalescence où affleure la seule vérité qui vaille : si Titus la quitte, c'est qu'il ne l'aime pas comme elle l'aime. Mais c'est très long et très compliqué d'en arriver à une conclusion aussi simple.


 
D. Mon avis sur le livre
 
Ce roman est une sorte de biographie romancée de Jean Racine. Pour ceux qui aiment le genre de la biographie et l'auteur, ce récit présente la vie de Jean Racine d'une manière relativement détaillée, de toutes les étapes de sa vie et de toutes les émotions que Racine a pu ressentir en écrivant ses pièces ou quand il était auprès du roi ou même quand il siégeait à l'Académie.
 
Cependant, je pourrais reprocher une chose à ce roman : le style que j'ai trouve par moment un peu lourd, un peu pesant et relativement complexe, avec parfois des détails inutilesqui amenait parfois à relire certaines phrases plusieurs fois pour bien les comprendre. Comme si l'excellence oratoire qui était monnaie courante au XVIIe  siècle se retrouvait dans ce roman.
 
Une autre chose que l'on pourrait regretter, même si ce n'était pas l'objet du roman : les passages racontant l'histoire de Titus et Bérénice au XXIe siècle sont malheureusement trop rares (environ une dizaine de pages sur 300).
 
Cependant, je trouve que ce roman était relativement bon, même s'il était quelque fois fastidieux à lire, d'où ma note un peu moindre.